Archives de catégorie : Dossiers Histoire

30/12/2016.Reconstruction de l’église de Meljac – 2ème partie- Années 1897 à 1900

En 1897, le projet de reconstruction de l’église de Meljac est repris par l’architecte Landès après une « mise en sommeil  » de plus de 10 ans du 1er projet de l’architecte Lacombe (voir la 1ère partie du dossier 1884-1885). L’église sera terminée fin 1900 et la 1ère messe pourra y avoir lieu le 23 décembre 1900.

30/12/2016.Reconstruction de l’église de Meljac-1ère partie – Années 1884 et 1885

Ce 1erprojet développé par l’architecte Lacombe en 1884-85 n’a pas abouti. Il a été repris en 1897 (voir 2ème partie du dossier) par l’architecte Landès.
Rappelons nous qu’entre 1885 et 1897, la commune de St. Just fut particulièrement mobilisée sur la translation du cimetière de Meljac (revoir à cette occasion le dossier consacré à ce sujet dans le chapitre « Histoire »)
Les travaux de reconstruction de l’église de Meljac seront achevés fin 1900; la 1ère messe dans la « nouvelle église » sera célébrée le 23 décembre 1900.

1878 La démographie meljacoise par le curé Clergue

DEMOGRAPHIE MELJACOISE EN 

D’après un recensement réalisé à titre privé par M. Clergue,curé de la paroisse de Meljac de 1878 à 1906.

Nous proposons dans ce dossier la reproduction en 16 écrans d’un écrit réalisé en 1878 par M. Clergue, curé de la paroisse de Meljac, recensant par individu (il en dénombre 569, domestiques compris), par foyer (il en compte 113) et par hameau de la paroisse (il en distingue 16 à préciser), l’ensemble de ses « ouailles ».

Ecrans Noms des hameaux Nb. de foyers Nb. d’habitants
001 à 004 Meljac 25 109
005 Le Mas Ricard 7 37
006 La Pomeyrasse 2 4
006 La Tine 1 6
007 Le Puech Issaly 8 47
008 Le Clot 7 32
009 La Tourénie 6 39
010 Marcillac – Barques – Azam 2 12
010 La Bessière 6 30
011 Soulages 3 14
011 Le Pouget 3 13
012 Le Féraldesq 10 40
013 & 014 Grascazes 18 101
015 Grascazes – Barraques – Le Féraldesq 2 9
015 La Tapie 6 26
016 Le Martinesq 7 50
16 écrans 16 hameaux de Meljac 113 569

Dans le commentaire (mal lisible et tronqué) qu’il fait de ce travail, le curé Clergue fait état d’une population en augmentation, référant à un recensement antérieur (dont il ne précise pas la date) où l’on comptait 543 habitants par rapport aux 569 qu’il recense en 1878.

Notons que pour sa part, l’instituteur Antoine Mouly dans des notes administratives réalisées en 1873 et en 1874 évalue à 540 le nombre d’habitants pour la section Meljac de Saint-Just (voir sur www.meljac.net « UN SIECLE, ou presque, D’ECOLE A MELJAC – 4ème partie » . Même s’il faut prendre avec précaution ces données notamment parce que l’on n’est pas certain que le territoire étudié par le curé –la paroisse- est rigoureusement identique à celui dont parle l’instituteur –la section Meljac de la commune de Saint-Just- on peut affirmer que la population de Meljac est en expansion ; de 540 habitants en 1873 & 1874 à 569 en 1878 ; et ce au moins jusqu’en 1906 ; date de la création de la « nouvelle commune de Meljac.  Le premier recensement réalisé dans cette nouvelle configuration meljacoise en 1906 affiche 650 habitants.

Les recensements officiels publiés ultérieurement jusqu’en 2008 sur le site de l’INSEE (http://www.recensement.insee.fr ) témoigneront d’une chute régulière à partir de 1906 et ce jusqu’en 2008, dernier recensement meljacois connu avec 140 habitants, divisant quasiment par 5 en un siècle la population de notre village.

14/04/2015 Translation du cimetière de Meljac – 1885 à 1897

Les documents présentés ci-dessus ont été, pour la plupart, retrouvés aux archives départementales de l’Aveyron à Rodez.
Ils portent, ainsi qu’indiqué dans le titre de ce memo, sur la période 1885-1889 et, plus précisément du 13 juin 1885, date de la réunion du conseil municipal de la commune de St .Just où il a été traité, semble-t-il pour la 1ère fois, du projet de translation du cimetière de la paroisse de Meljac et acté en son compte-rendu, la désignation d’un budget pour l’achat d’un terrain ; au 26 juin 1889, date à laquelle le préfet après constat de la bonne réalisation de tous les travaux afférents au cimetière, donne accord au trésorier municipal pour leur règlement. Deux autres dates-clés méritent dans cette période 1884-1889 d’être retenues :
– le 11 mai 1887, date à laquelle le Préfet prend un arrêté de translation du cimetière,
– le 13 décembre 1888, date de la bénédiction du nouveau cimetière, donnant le signal du début de son utilisation.En pratique ce projet de translation du cimetière de Meljac se réalisera sur près d’un quart de siècle, si l’on s’en tient aux écrits du curé Clergue, en charge de la paroisse de Meljac, de 1878 à 1906 ; écrits dans lesquels il date les premières réflexions sur ce projet à 1873, sous le ministère de son prédécesseur, le curé Calmels et la date de translation des corps de l’ancien cimetière au nouveau, à mai 1897. L’Association Meljac.Net projette, à la manière de ce qui est réalisé avec ce premier dossier « Translation du cimetière de Meljac », de retrouver notamment aux Archives Départementales, et d’exploiter, le cas échéant, tous documents susceptibles de préciser « l’Histoire»(*) de notre village et notamment ce qui se rapporte aux principaux « monuments publics » : l’église, l’ancien château, le presbytère, le puits, l’ancienne école, la mairie…(*) : Approfondir et préciser notamment les éléments présentés dans le livre « MELJAC 2012 La mémoire de demain » au chapitre «Moments d’Histoire de Meljac des origines à 2012 », pages 49 à 71. – Meljac le 14.04.2015
(*) Voir dossier « reconstruction de l’église 1884-1900 » 1ère (1884 & 85) et 2ème partie ( 1897 à 1900) publié le 29.12.2016.

11/03/2015 L’inventaire des biens de l’Eglise à Meljac en 1906

La loi de séparation des Églises et de l’État dans son article 3 prévoit un inventaire des biens mobiliers et immobiliers de l’église, avant que ne soit rendue aux associations cultuelles la partie de ces biens estimée nécessaire au culte et que le reste soit saisi par l’Etat.

6 documents découverts aux Archives Départementales de l’Aveyron à Rodez nous illustrent le déroulement de cette démarche conduite à l’église de Meljac par la Direction des domaines et les services fiscaux de Rodez, avec l’appui de la gendarmerie de Naucelle, dans la période 5 mars – 22 novembre 1906.

Meljac.net 11.3.2015

 

15/04/2015 Relations Eglise-Etat avant 1905 à Meljac

(1877, à propos d’une demande de subvention de la Fabrique de l’église de Meljac au Ministre de l’Instruction Publique et des Cultes)

Les documents présentés ci-contre proviennent, pour la plupart, des archives départementales de l’Aveyron à Rodez.

Ils ont, de notre point de vue, l’intérêt d’illustrer très concrètement, à l’heure où le concept de laïcité est « tant discuté dans tous les sens », ce que pouvaient être les relations entre l’Etat et les Eglises, sous le régime Concordataire, sur un exemple des plus modeste pour ne pas dire dérisoire.

Le Concordat ou régime Concordataire introduit sous le Consulat, est le régime organisant les rapports entre les différentes religions et l’État dans toute la France de 1802 (par la loi du 18 germinal an X8 avril 1802– relative à l’organisation des cultes) à 1905 (loi de séparation des Églises et de l’État  adoptée le 9 décembre 1905). Le régime concordataire reste en vigueur aujourd’hui en Alsace-Moselle.

Ce nouveau dossier s’inscrit dans la suite des recherches documentaires initiées par l’Association Meljac.Net avec les dossiers « Translation du cimetière de Meljac » puis «Inventaire en 1906 des biens de l’église de Meljac», dossiers publiés début 2015.

Meljac.Net 15 avril 2015

27/10/2011 Meljacois Morts pour la France durant la « Grande Guerre » 1914-18


Vingt cinq Meljacois sont « Morts pour la France » lors de la première guerre mondiale. Rapporté à la population de Meljac qui à l’époque comptait 534 habitants, cela représente 4,7% des habitants pour 4% au niveau global de l’Aveyron.

Ces 25 Meljacois figurent à ce titre dans le « Livre d’or de l’Aveyron » publié en 1926 sous les auspices du Conseil Général et du Comité Aveyronnais de Renseignements aux Familles ; livre qui recense par canton et par commune l’ensemble des « Enfants de l’Aveyron morts pour la France » dans cette guerre.
Ils figurent également, pour 24 d’entre eux, sur le site du Ministère de la Défense, « Mémoire des Hommes »
(http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/ ).

Manquait sur ce site, le soldat ROBERT Baptiste Jean François (né à Meljac le 20 septembre 1880), effectivement «Mort pour la France » comme en témoignent sont acte de décès ainsi que son inscription sur le Livre d’Or et sur le Monument aux Morts de Meljac. Une démarche entreprise par l’associatio Meljac.Net auprès de l’Office des Anciens Combattants a permis de régulariser la situation.

Le Monument aux morts de Meljac ne recense quant à lui que 23 soldats morts pour la France en 14-18. Manquent effectivement par rapport au Livre d’or, Joseph, Marius, Baptiste, François BAUDY d’une part, inscrit sur le monument de l’’église Saint-Jean de Castelpers et Justin, Hippolyte BONAL d’autre part (né à Meljac le 17 mai 1891) qui bien que recensé à la fois sur le site « Mémoire des Hommes » du Ministère de la Défense et sur le Livre d’or de l’Aveyron ne figure pas, pour des raisons que nous ignorons, sur le monument aux Morts de Meljac. Nous aurons à cœur, comme nous le faisons pour le soldat Robert (cf.§ précédent), de clarifier cette situation.

Dans les photos ci-dessus vous trouvez pour chacun des 25 soldats meljacois morts pour la France dans le conflit de 1914-18, des images les concernant extraites à la fois du Livre d’Or de l’Aveyron (partie gauche de l’image) et du site «Mémoire des Hommes » (partie droite).

Nous vous en souhaitons bonne lecture.

MELJAC.NET

P.S. Nous vous invitons à lire ou relire sur www.meljacnet , le chapitre « Des Meljacois dans la guerre de 1914-1918 »
http://www.meljac.net/SMN_AncComb_4guerre%20de%201914-18.htm